top of page
Rechercher

Pas juste une jig

Il va sans dire que dans l’arsenal d’un pêcheur d’achigan, une jig est un outil puissant en tout temps. Que ce soit pendant des périodes de faible activité ou lorsque l’achigan est en mode chasse, une jig vous permettra de faire des captures et souvent de plus gros spécimens. J’ai attendu longtemps avant de faire le saut vers cette technique et personnellement c’est probablement un des seuls regrets que je peux avoir dans ma carrière de pêcheur.



Lorsque j’ai décidé de m’y mettre, j’ai rapidement compris pourquoi autant y dédie autant de temps et ce qui la rend un outil aussi puissant.


Donc regardons ensemble ce qui fait la différence entre une ‘’jig d’achigan’’ et ce qu’on appelle normalement une ‘’jig’’


Commençons avec le design de la tête. Le plus populaire est sans contredit la bonne vieille tête ronde qui n’est ni plus, ni moins une boule ronde avec un attache à 90 degrés avec l’hameçon. On les voit en paquet ou un vrac un peu partout et seront toujours là. Les jigs d’achigan viennent sous toutes sortent de formes avec des utilités bien spécifiques. Étrangement la tête ronde en fait rarement partie. Les quatre plus populaires sont les têtes arky, football, flipping at swim.


La tête arky de tous les types est celui que je considère mon pain et mon beurre et est probablement le design le plus polyvalent de tous. Avec un dessous relativement plat et le devant arrondis, il se faufile relativement bien dans les herbiers, vous pouvez le trainer au fond facilement et sur les fonds mous il a moins tendance de couler dans la vase. C’est aussi le design de tête que rebondis sur la surface de l’eau le mieux ce qui en fait un choix d’excellence autour des quais.



La tête football comme son nom l’implique, ressemble à un ballon de football. C’est le meilleur choix pour trainer sur des fonds de sable, de roches. Autour des herbiers, le design large de la tête le rend largement moins efficace pour se faufiler.



La tête flipping prends son nom de la technique du même nom et est parfait pour la végétation dense, les arbres et les quais. Certains vont avoir le point d’attache encastré dans la tête alors que d’autres il sera exposé. Personnellement je préfère le premier type simplement pour un look plus compact et je trouve qu’il se faufile plus facilement à travers les obstacles.



La tête swim est celui qui diffère le plus des autres car les autres sont principalement orientés pour un contact avec le fond, tandis que la swim est plus fait pour une approche de lancer et ramener. Oui vous pouvez la faire sautiller mais elle est plus conçue pour être tenu au-dessus du fond.



Ensuite viens le garde anti-jonc. Pour moi il s’agit d’une composante aussi cruciale que l’hameçon elle-même. Trop raide, il ne pliera pas assez pour laisser la pointe de l’hameçon faire son travail. Trop souple et à la moindre pression des herbiers ou d’un morceau de structure et la l’hameçon ira se planter. Certain vont les modifier pour les rendre plus souple ou raide selon les conditions.


Ensuite viens la jupe. C’est ici que la jig prend vie. Une bonne jupe doit avoir de l’action lorsque la jig est en mouvement mais aussi avoir du mouvement si la jig est statique. Elle doit aussi être résistante mais assez souple. C’est aussi là que votre jig prend vie pour représenter ce que vous avez besoin d’imiter. Les patrons et coloris sont infinie et peuvent être modifié facilement. Comme le garde, certains vont modifier la jupe en la raccourcissent ou en changeant sa densité pour jouer avec son action.


Continuons avec un autre composante clé : le système de retenue pour le leurre remorque. Un bon système tiendra le leurre fermement en place. Ils peuvent varier en design allant d’une portion moulée à même la tête, à un fil formé en crochet, un tire-bouchon ou un mix.


Maintenant la composante qui fait la différence entre une bonne et une mauvaise jig : l’hameçon. Une bonne jig aura en une de qualité, très pointue et qui le restera longtemps pour résister au abus qu’une jig sera exposée. Rappelons-nous qu’une jig est souvent employé dans des conditions où les structures sont denses et/ou multiples à la recherche des gros achigans. Non seulement elle doit avoir une pointe très piquante mais selon moi elle doit pouvoir être affuté aisément au besoin. Je couvrirai ce sujet sur un autre texte.


La dernière composante est le leurre remorque (trailer bait). Il n’y a pas de bon ou mauvais choix de type, couleurs ou formes. Le plus important est de garder en tête ce que l’on veut imiter lorsqu’on s’apprête à s’en servir. Que ce soit pour ressembler à un insecte, une écrevisse ou quelque chose qui nage dans la colonne d’eau etc.



Ultimement, choisir votre jig ce traduit par un point majeur : ce que vous voulez représenter. La sélection de la couleur, le leurre remorque, les modifications faites on tous le même but final et c’est de représenter le plus fidèlement possible quelque chose qui rode dans le plan d’eau.


Pour ce qui est de comment s’en servir, je ferai une série complète décrivant comment je travail les différents types selon les conditions. Je vais aussi inclure mon choix de canne, moulinet et fil pour chaque. Chose sur, je ne peux pas consciemment partir de la maison pour une journée sur l’eau sans avoir au moins jig prête à partir. Elle s’est démarqué comme étant la technique numéro un pour produire de grosses prises et ce peu importe les conditions.


Mes jigs de confiance: https://weaponsofbassdestruction.ca/

(Code promo BBPJIGS10)


Mes leurres remorques de confiance: https://www.xzonelures.ca/site/home


N’ayez pas peur de vous en procurer et soyez prêt à des résultats intéressants!

Pascal

Bearded Bass Projekt



10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page